Théâtre
Les Misérables
Compagnie de la Jeunesse aimable | Création novembre 2021
Début à : 20h30
Durée : estimée 2h45 (en cours de création)
Lieu : Grande salle
Tarif B > Cat. 1 : plein 27 € • réduit 18 € | Cat. 2 : plein 25 € • réduit 17 € | Cat. 3 : 16 €
Tout public à partir de 14 ans
Mise en scène : Lazare Herson-Macarel
Chorégraphe : Georgia Ives (collaboration chorégraphique)
Texte : d’après Victor Hugo
Adaptation : Adaptation Lazare Herson-Macarel et Chloé Bonifay
Avec : Marco Benigno, Philippe Canales, Céline Chéenne, Emilien Diard-Detoeuf, David Guez, Sophie Guibard, Éric Herson-Macarel, Karine Pédurand, Claire Sermonne, Abbes Zahmani.
Scénographie : Margaux Nessi
Costumes : Charlotte Coffinet assistée de Charles Chauvet - Habillage : Emilie Lechevalier
Lumières : Jérémie Papin assisté de Théo Le Menthéour
Musique/Son : Créations sonores : Lucas Lelièvre et Pierre Costard
Collaborations artistiques : Chloé Bonifay et Philippe Canales. Maquillage et coiffure Pauline Bry.

L’HISTOIRE
À la fois épopée, drame social et roman d’aventures, Les Misérables est considéré comme le sommet de l’oeuvre de Victor Hugo, et l’un des plus grands romans de la littérature mondiale. En l’écrivant, Hugo est porté par une idée : la misère est un enfer où les damnés sont jetés sans avoir commis aucune faute. Un enfer qui ne répond à aucune justice, à aucune nécessité. Pour lui, la misère doit être combattue, et plus encore, éradiquée. La société telle qu’il la représente est pareille à un volcan. La violence s’y exerce dans des lieux clos, secrets, loin des regards. Le corps social est comme une lave souterraine qui doit trouver le moyen de s’exprimer, de se frayer un chemin jusqu’à l’air libre. Ce sentiment d’urgence, cent cinquante ans plus tard, ne nous a pas quittés.

Tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles. Victor Hugo

QUAND IL NOUS EN PARLE
L’action sera contemporaine pour nous, comme elle l’était pour l’auteur en 1845 […]. Il existe, maintenant encore, des Valjean, des Fantine, des Thénardier, des Javert, des Marius, des Cosette, des Gavroche. Nous reprendrons à notre compte, avec les armes du théâtre, le projet de Victor Hugo : faire une esquisse des bas-fonds, rendre visible l’invisible. […] Si le théâtre peut lutter avec ses armes propres pour un monde plus humain, s’il peut bousculer quelques individualismes, troubler quelques satisfactions, éveiller quelques solidarités - alors il doit le faire. Sans attendre. Lazare Herson-Macarel

 

Mentions obligatoires

Production : Compagnie de la jeunesse aimable. Coproduction : Le Figuier blanc, Argenteuil (95), Scène nationale du Sud-Aquitain, Bayonne (64), Théâtre Victor Hugo, Bagneux (92), Théâtre Jacques Carat, Cachan (94), Théâtre Edwige Feuillère, Vesoul (70). Avec l’aide à la création de la DRAC Ile-de-France, de la DGCA et de la région Ile-de-France. Avec le soutien du dispositif d’insertion professionnelle de l’ENSATT. Avec le soutien du Théâtre de la Tempête, Paris (75). La Compagnie de la jeunesse aimable est subventionnée par la Région Ile-de-France au titre de la Permanence artistique et culturelle, par la DRAC Ile-de-France, le  département du Val d’Oise et la ville d’Argenteuil au titre de la résidence « Artiste en territoire » sur la ville d’Argenteuil de 2020 à 2022. © Baptiste Lobjoy.

décembre 2022
L
M
M
J
V
S
D
1
2
4
5
7
8
9
11
12
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31