Théâtre
Seul ce qui brûle
Création | Compagnie des Trois Parques
Début du spectacle : 20h30
Durée : 1h30
Lieu : Grande salle
Tarif C > Cat. 1 : plein 17 € • réduit 11 € | Cat. 2 : plein 15 € • réduit 9 €
Mise en scène : Julie Delille, assistée d'Alix Fournier-Pittaluga
Texte : D’après le roman de Christiane Singer publié chez Albin Michel (2006)
Adaptation : Chantal de la Coste et Julie Delille
Avec : Laurent Desponds, Lyn Thibault
Scénographie : Chantal de la Coste
Décors : Ateliers de construction Maison de la Culture / Scène nationale de Bourges
Costumes : Chantal de la Coste
Lumières : Elsa Revol
Musique/Son : Julien Lepreux

L’HISTOIRE
Sigismund, Seigneur d’Ehrenburg et sa jeune épouse Albe s’aiment d’un amour passionnel et qui ne semble pas avoir de limite. Au demeurant dans l’ardeur et l’exaltation, puis prisonnier d’un amour possessif et dépendant, Sigismund précipite sa propre chute dans une passion brûlante. Fait-il lui-même le nid de la jalousie qui le dévore ? Est-ce l’inévitable point de basculement d’une trop grande ferveur ? En Amour, Christiane Singer dit que la seule mesure est la démesure mais ainsi est l’humain, intense en Vie et Destruction. Accusant Albe d’adultère il la condamne à subir un horrible châtiment qu’il souhaite, dans sa colère, au-delà de la mort. D’un amour absolu et destructeur viendra la rédemption.

QUAND ELLE NOUS EN PARLE
Je ne sais, cher et vénéré ami, si vous avez eu le terrifiant privilège de connaître la passion d’amour. C’est le plus vertigineux des abîmes dans lequel il soit possible à l’homme de descendre. Un abîme de flammes et de souffrances aiguës. Mais si quelqu’un se mêlait de vouloir sauver celui qui y est tombé, vous l’entendriez hurler comme si on lui arrachait la peau ! La seule délivrance est d’y être consumé sans résidus ! Christiane Singer

CE QUE LES MÉDIAS EN DISENT
À propos de son premier spectacle Je suis la bête : [Julie Delille], delivered a work of remarkable visual precision with her adaptation of “Je suis la bête”… Her instincts promise much for the future. New York Times
Un conte au parfum symboliste et gothique que n’auraient renié ni Maeterlinck, ni Edgar Poe, et que met en scène avec une rare perfection formelle — dans les noirs éclairages comme dans le très mystérieux travail sonore — son unique interprète. Télérama
C’est le premier spectacle du Théâtre des Trois Parques, c’est peu dire de dire qu’il est une réussite, d’autant qu’il fouille là où le théâtre s’aventure rarement. Médiapart

 

Mentions obligatoires

Production Théâtre des trois Parques / Coproduction Maison de la Culture / Scène nationale de Bourges, Équinoxe / Scène nationale de Châteauroux, Théâtre de l’Union / Centre dramatique national du Limousin, Gallia Théâtre – Saintes, Théâtre de Chartres, festival Printemps des Comédiens – Montpellier, Centre dramatique national d’Orléans – Centre-Val de Loire. Avec le soutien du Théâtre du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence, de l’Abbaye de Noirlac / Centre culturel de rencontre, du CENTQUATRE-Paris. Le Théâtre des trois Parques est soutenu par la DRAC Centre-Val de Loire, la Région Centre-Val de Loire, le Département du Cher et la Commune de Montlouis, en Berry

décembre 2020
L
M
M
J
V
S
D
7
9
11
13
14
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31