Lectures

HILDA
Lecture virtuelle par Mélanie Pichot et Fabien Moiny
En accès libre à partir du SAMEDI 24 AVRIL A 11H (attention, changement de date)

Mme Lemarchand a besoin d’une femme de peine. Ce sera Hilda. Mme Lemarchand la veut pour le ménage, pour son service, pour ses enfants. Le seul nom d’Hilda l’envoûte, la fascine. Elle la veut pour elle seule, totalement, entièrement. Mme Lemarchand n’a pas l’intention d’exploiter Hilda, ni même de la regarder comme sa bonne. Mme Lemarchand est une femme de gauche. Elle veut éduquer sa servante, la former à la chose politique, lui apprendre à penser. Il lui faut aussi l’amitié d’Hilda, toute la vie d’Hilda et l’illusion d’une égalité possible. Comment supporter, sinon, d’être servie ? Marie Ndiaye aime jouer avec la cruauté des situations quotidiennes. Elle les mène jusqu’aux limites du supportable. En ces tréfonds, le réalisme flirte avec le fantastique : la fascination devient envoûtement, la domination vampirisme, le cocasse terrible.
Vous pouvez également visionner la lecture sur chartres.live. 



 

AMOUR, POESIE ET AUTRES BALIVERNES
Lecture virtuelle par Bruno de Saint Riquier et Antoine Marneur
En accès libre à partir du SAMEDI 17 AVRIL A 11H

"Ce n’est pas la station debout (Homo Erectus) qui a séparé l’homme du singe, c’est la poésie. Un jour, un velu à front bas, cessant de se gratter les aisselles, a grimpé sur un rocher et, indifférent aux barrissements du T.Rex, a chanté à qui voulait l’entendre : Le bel aujourd’hui et le vivace amour de sa « Lucy ». Est-il question d’autre chose dans la poésie que d’amour avec un grand A ? (Voir avec un grand « Q » quand l’Homo Poétus est érectile). Nous serons tous consommés par les vers avant d’avoir recensé tous ceux où les poètes se prosternent aux pieds de l’objet aimé. De Ronsard à Musset, de Cocteau à Aragon, les poètes aiment, c’est incontestable ! Ils aiment qu’on les aime et ils aiment aimer. Ils le versifient haut et fort. Jean-Pierre Siméon nous rappelle que c’est la poésie qui sauvera le monde. C’est son combat Ô combien honorable ! Mais quand même, d’une manière ou d’une autre, il faudra bien que l’Amour y soit pour quelque chose !" Bruno De Saint Riquier 
Bibliographie de la lecture.
Vous pouvez également visionner la lecture sur chartres.live.


  

LE MONUMENT
Lecture virtuelle par Bruno de Saint Riquier et Antoine Marneur
En accès libre à partir du SAMEDI 30 JANVIER A 11H

"On le sait depuis le succès du Goncourt de Lemaître : le monument aux morts est une particularité française. On en compte 35.000 en France, chaque village de province a le sien. Faut le savoir, en France on « Monumentalise » : la mémoire de l’identité nationale ne s’exprime qu’en cénotaphes et sous le poilu en majesté. Sur le Monument aux morts de Lagleygeolle en Corrèze, il y a 27 noms gravés, 27 hommes morts pour la France, 27 vies sacrifiées à l’identité nationale. Impressionné depuis tout petit par la stèle, Claude Duneton a choisi de considérer, un à un, chacun de ces hommes… Tous ces jeunes paysans étaient partis sans finir les moissons, dans l’espoir de revenir pour les vendanges. Derrière chaque patronyme inscrit dans le marbre il y avait une vie d’homme, avec une enfance derrière et une espérance devant."
Bruno De Saint Riquier


 

 

    

BIENVENUE AU BEL AUTOMNE
Lecture virtuelle par la Cie Cavalcade
Samedi 12 décembre à 11h
En accès libre

Texte : Sylvia Bruyant
Avec : Brock, Sylvia Bruyant, Séverine Cojannot, Delry Guyon et Stéphanie Labbé

L’histoire : 
Virginie, aide-soignante de 40 ans en néonatologie, vient d’être mutée à l’EHPAD Le Bel Automne. En parcours de PMA, elle pense soulager sa douleur en passant des nouveau-nés aux vieillards. On découvre avec elle le quotidien de ce lieu : ses résidents, ses visiteurs, son personnel soignant. Cette pièce chorale nous fait déambuler, entre rires et larmes, dans les couloirs et les chambres de l’établissement. Le lecteur assiste au combat de Virginie pour devenir maman : son combat faisant écho à ces fins de vie qui nous racontent tellement la vie. Découvrez ce texte à la fois drôle et poignant, lauréat de l’aide nationale à la création de textes dramatiques, avant sa création en 2021.

Le mot de l'auteur : "Ouvrir la porte du Bel Automne, c’est sortir la grande vieillesse de l’indifférence, c’est l’écouter pour en avoir moins peur, c’est l’interroger pour apprendre de son expérience. Ouvrir la porte du Bel Automne, c’est titiller l’angoisse du temps qui passe et des rides qui se creusent. C’est s’interroger sur la parentalité et sur les empreintes qu’on laisse derrière soi. Tout cela, bien sûr, avec beaucoup d’humour et d’autodérision : les deux armes qui savent mettre de la légèreté sur nos peurs. Alors Bienvenue au Bel Automne !" Sylvia Bruyant

 

avril 2021
L
M
M
J
V
S
D
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
18
19
20
21
22
23
25
26
27
28
29
30