Syndrome de la vie en rose

Danse
Syndrome de la vie en rose
Chorégraphie Karine Vayssettes
Début du spectacle : 20h30
Durée : 1h10
Lieu : Grande salle
Tarif C > Cat. 1 : plein 17 € • réduit 11 € • -12 ans 8€ | Cat. 2 : plein 15 € • réduit 9 € • -12 ans 6€
Texte : Eva Illouz et Edgar Cabanas, Carole Fives
Avec : Jennifer Benard, Solène CeruC, Abigail Dutertre, Alice Roudaire
Scénographie : Delphine de Ste Marie, assistée de Amandine Riffaud
Costumes : Andréa Matweber
Lumières : Sylvain Blocquaux
Musique/Son : DJ Rize
Collaborations artistiques : Fabienne Augié

L’HISTOIRE
Cinq fruits et légumes par jour, mais aussi du bio, du light, du local, du frais, de l’authentique, du vitaminé, sans oublier des fibres. Pas de gras, de lourd ni d’indigeste. Jamais d’alcool, pas de drogues. Bouger ! Minimum 10000 pas, quelques escaliers, du vélo, du yoga, des abdos. Ne négligez ni bouteilles d’eau ni baies de Goji. Attention à bien penser ! Positif, forcément positif. Sans relâche. Sans faille. Votre bien-être est à ce prix ! Le bonheur semble se caractériser par l’obsession du corps combinée à un désir d’authenticité porté à son paroxysme. La pensée positive véhicule un ensemble d’idées et de croyances séduisantes qui ne sont toutefois jamais remises en question par la plupart d’entre nous, tant elles nous semblent aller de soi. Il importe de préciser que le regard exprimé ne porte pas sur le bien-être en soi mais sur la façon dont il s’est transformé en idéologie, en dogme. Une danse belle, drôle, une proposition intelligente et sensible accessible à tous.

QUAND ELLE NOUS EN PARLE
Les danseuses.comédiennes parcourent la scène comme un espace à rire d’elles-mêmes. Elles sont traversées par la fragilité, la peur, la culpabilité tout autant que le désir d’être heureuses et de tout tenter pour y arriver. Elles restent ambivalentes et complexes, puissantes et sensibles. Elles oscillent entre pression et humour, entre vie réelle et vie en rose. La scénographie est constituée de radiographies assemblées. Comme le bonheur, elles sont les témoins d’un état qui n’est pas visible de l’extérieur. Elles sont là comme un révélateur d’une introspection, comme la présence de corps fractionnés et tiraillés par l’injonction au bien-être. Karine Vayssettes

Mentions obligatoires

Production Compagnie Éponyme. Coproductions et résidences : EPCC Issoudun / Centre Culturel Albert Camus (36), Théâtre de Chartres, Scène conventionnée d'intérêt national Art et création (28), Le Nayrac - Communauté des Communes Comtal, Lot & Truyère (12), Théâtre des 2 Points - Rodez (12), Théâtre de la maison du peuple - Millau (12), Ville de Saint Jean de Braye (45), Théâtre Gérard Philipe et Maison des Arts & de la Musique - Ville d’Orléans (45). Avec le soutien de la Région Centre-Val de Loire dans le cadre de l’aide à la création, la Ville d’Orléans, Départements du Loiret et de l’Aveyron - SPEDIDAM - ADAMI. En partenariat avec la ligue de l’enseignement du Loiret, Aveyron Culture et l’Hôpital de la Tour Blanche – Issoudun (36). La compagnie est résidente du 108 - Lieu collectif d’expérimentation artistique et culturelle à Orléans.

octobre 2020
L
M
M
J
V
S
D
2
3
4
5
6
7
8
10
11
12
14
15
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31