Théâtre
Le Petit Coiffeur
Texte et mise en scène Jean-Philippe Daguerre
Début à : 20h30
Durée : 1h20
Lieu : Grande salle
Tarif B > Cat. 1 : plein 27 € • réduit 18 € • -12 ans 10 € | Cat. 2 : plein 25 € • réduit 17 € • -12 ans 8 € | Cat. 3 : 16 €
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre, assisté de Hervé Haine
Chorégraphe : Florentine Houdinière
Texte : Jean-Philippe Daguerre
Avec : Brigitte Faure, Charlotte Matzneff, Félix Beaupérin, Arnaud Dupont, Romain Lagarde
Décors : Juliette Azzopardi
Costumes : Alain Blanchot
Lumières : Moïse Hill
Musique/Son : Hervé Haine

L’HISTOIRE
Juillet 1944, Chartres vient tout juste d’être libérée de l’Occupation allemande. Dans la famille Giraud, on est coiffeur de père en fils. C’est donc Pierre qui a dû reprendre le salon « hommes » de son père, mort dans un camp de travail un an plus tôt. Marie, sa mère, héroïne de la Résistance française, s’occupe quant à elle du salon « femmes ». Elle se charge également de rabattre quelques clientes vers son fils, pour se prêter à une activité tout à fait particulière. Tout est dans l’ordre des choses jusqu’à ce que Lise entre dans leur vie… 

Une fiction touchante et drôle, où les émois intimes se mêlent avec finesse et poésie à la gravité de la Grande Histoire.

QUAND IL NOUS EN PARLE
J’ai eu envie d’écrire cette pièce à partir du moment où j’ai découvert La Tondue de Chartres, célèbre photo du non moins célèbre photographe Capa représentant une femme tondue à la Libération dans une rue de Chartres. Elle porte son bébé de trois mois dans les bras, elle est conspuée par une foule d’hommes, de femmes... et d’enfants. J’ai donc imaginé l’histoire romanesque du petit coiffeur qui a dû malgré lui tondre cette femme. À cette occasion, je lui ai créé une famille et une histoire d’amour permettant d’imaginer la vie des hommes et surtout des femmes dans cette période trouble. En essayant de ne pas tomber dans tous les pièges démagogiques qui guettent sans cesse la route de l’auteur qui se risque à arpenter un sujet comme celui-là. Pour cela, j’ai cherché, avant et malgré tout, à trouver un angle poétique à cette terrible histoire où s’invitent aussi souvent des sourires voire des rires, même si pourtant les larmes et le sang coulent le plus souvent. Jean-Philippe Daguerre

CE QUE LES MÉDIAS EN DISENT
La nouvelle pépite de Daguerre. Une réussite. Le Parisien
Écrit et mis en scène […] avec sensibilité, humour et délicatesse. L’Humanité
Un spectacle intelligent et sensible, tragique et drôle. Joué avec coeur et talent. Webthea

septembre 2021
L
M
M
J
V
S
D
1
2
3
4
5
13
14
15
16
17
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30